Nous connaissons aujourd’hui les difficultés à dissocier et rendre nettes les frontières des termes « entrepreneur », « chef d’entreprise », « employeur » ou encore « travailleur indépendant », « travailleur non salarié », « auto-entrepreneur ». En revenant un instant sur l’histoire des concepts d’entrepreneur et d’entreprise (qu’on ne peut étudier séparément), nous pourrons mieux comprendre ces imbrications et les discerner. L’historienne Hélène Vérin (2011) raconte cette histoire et distingue quatre grands domaines dans lequel, à partir du XIIème siècle, la société française leur accorde une place : la guerre, la politique, la police et l’argent.

Le Moyen-Âge (XII-XVème siècle) et l’entrepreneur épique

Il était au Moyen Âge des chevaliers que l’on nommait « entrepreneurs » et des jeux de guerre que l’on dénommait « entreprises ». Hardiesse, courage et prise de risque étaient les qualités d’un prou entrepreneur. Hélène Vérin définit ainsi l’entreprise chevaleresque comme une « épreuve de soi dans le risque » et un « affrontement par la droiture » (Vérin, 2017 : 31). Plus exactement, elle distingue trois types de chevaliers-entrepreneurs. Les « chevaliers d’aventure », glorifiés dans les romans courtois (XIIème siècle) et notamment ceux de Chrétien de Troyes (Yvain, Lancelot, Perceval, Erec…) ; les chevaliers de joutes ou de tournois en « entreprise de paix » et les chevaliers combattants lors « d’entreprise de guerre ».

Durant la Monarchie Féodale qui s’étend du XIIIème au XVIIème siècle, les français trainent pour réputation d’être impulsifs et irréfléchis au combat, d’agir pour leur intérêt propre, au dépend de leur vie et de la victoire du collectif. Dénonçant ces pratiques individualistes et irrationnelles comme une marque de faiblesse ou de « paresse de l’esprit », Vauban, ingénieur et architecte militaire, affirme que bien plus qu’une mise en péril de soi, elle est une mise en péril de l’ordre royal et de sa couronne (Vérin, 2011 :  41). Par extension alors dans le domaine politique, l’entrepreneur est conspirateur et l’entreprise, une remise en cause de l’ordre social. Dans la continuité et dans une France où se développe les corporations et une police des métiers, l’entrepreneur est aussi celui qui déroge aux règles ou détourne une affaire à son profit, encourant des poursuites pénales. En allant plus loin, une entreprise illégale et manœuvrée de manière stratégique, est le fondement du Mal. Le chef des entrepreneurs est alors Lucifer ou sa figure humaine, Machiavel, on parle alors « d’entreprise machiavélique » (Vérin, 2011 : 30, 96).

Une dernière forme d’entreprise est celle de l’engagement à prix fait, où un contrat est établie entre l’entrepreneur et un tiers envers qui il s’engage à assumer une tâche. L’entreprise désigne l’accord marchand, non pas une forme d’activité (Vérin, 2011 : 20). Ainsi l’entrepreneur désigne quelques professions qui restent aujourd’hui des symbole de cette figure : l’architecte, l’entrepreneur-maçon et l’artisan.

Référence :  21

De la conquête du Nouveau Monde à l’Ancien Régime : l’entrepreneur de richesse et le fermier

La découverte du Nouveau Monde (1492) et sa colonisation est qualifiée d’entreprise de conquête et les colons, des entrepreneurs de territoire (« Capitalisme », 2014). L’époque des empires coloniaux (Grande-Bretagne, Hollande, Espagne, Italie, France…) est aussi celle de l’internationalisation des échanges (Compagnie hollandaise des Indes Orientales) et par-là, l’expansion du Capitalisme moderne. L’arrivée massive de métaux (or et argent) d’Amérique Latine engendre alors une inflation des marchandises mais aussi un nouveau rapport à la monnaie. La doctrine mercantiliste se développe, ainsi que la publication de traités d’économie politique. Les mercantilistes (Sully, Montchrestien, Colbert, Bodin…), premiers théoriciens de « l’économie nationale » arguent que la croissance économique repose sur trois facteurs : le protectionnisme étatique, l’abondance en homme et l’abondance en argent (Valier, 2005 : 33-38). On passe d’une logique féodale M-A-M (marchandise-argent-marchandise) à une logique A-M-A (argent-marchandise-argent). Jusqu’alors considéré comme un intermédiaire entre deux marchandises, l’argent en tant que métaux devient alors un bien en soit (Piettre, 1979 : 43). S’affirme « l’emprise d’argent », cette nouvelle agitation qui pousse les « entrepreneurs d’argent » en une course effrénée à la richesse privée : paysans, banquiers, marchands, traitants, artisans, fermiers ; mais aussi le gouvernement (Vérin, 2011 : 67 ; Piettre, 1979 : 45). C’est dans ce contexte d’enrichissement des nations et d’abondement des marchés, que nait une nouvelle forme d’entreprise, comme « forme d’activité comprise entre un engagement (avance) d’argent, et sa récupération majorée d’un profit » (Vérin, 2011 : 98). Surnommée par les premiers de « secte des économistes », la physiocratie est un courant de pensée, dont l’invention du nom (mot-valise de « nature » et « pouvoir » en grec) est attribué à Pierre Samuel Dupont de Nemours, qui se développe sur une très courte période en France (1750-1770). Opposée aux mercantilistes et où l’on rencontre Quesnay, mais aussi Adam Smith ou Pierre de Boisguilbert, les physiocrates définissent la richesse, non comme une accumulation de métaux précieux mais comme les fruits de la terre et les biens d’industrie (Jacoud et Tournier, 1998 : 13-14).

L’Ancien Régime (1589-1789) se caractérise par une société d’ordre : le Clergé, la Noblesse et le Tiers-État. Ce dernier état se divise en plusieurs groupes sociaux dont les plus expressifs sont les bourgeois (entrepreneurs-commerçants) et les paysans. Sont appelé « serfs », les paysans rattachés à une terre et vendue avec celle-ci, et les « vilains », ceux qui doivent payer un tribu au seigneur propriétaire foncier. Si Cantillon considère que la propriété privée de la terre est un préalable à l’existence de toute société d’hommes (Vérin 2011 : 135), la séparation de la propriété et du travail est alors nécessaire pour que ce constitue un État. Il nait alors sur ces sols agricoles une nouvelle figure de l’entrepreneur, le fermier. Figure intermédiaire entre le propriétaire et les laboureurs, le fermier se voit déléguer par le premier la gestion des seconds et celle de la production agricole. Sa rémunération n’est alors ni un salaire (laboureurs), ni une rente (nobles), mais un « gage », assimilable au « profit d’entreprise », fonction de la production (Vérin, 2011 : 146). L’historienne considère ainsi que « si Cantillon écrit une histoire sociale, c’est celle de l’érection de la classe des entrepreneurs » (Vérin, 2011 : 130).

Références : 10, 13, 15, 20, 21.

La Révolution Française : la liberté d’entreprendre et celle de travailler

La Révolution Française, c’est avant tout, une prise de pouvoir politique et gouvernementale par et pour la classe bourgeoise, « les entrepreneurs de commerce ». Il s’érige alors un nouveau mode de production et une redéfinition de la société en une somme de marchés autorégulés par un ensemble de lois naturelles que les économistes classiques tentent de débusquer. Des auteurs classiques, nous pouvons nommer l’écossais Adam Smith, l’anglais David Ricardo ou le français Jean-Baptiste Say. Ce dernier considère trois acteurs de l’industrie humaine : le savant dont le travail est de comprendre les lois naturelles du produit que l’on souhaite produire ; l’ouvrier qui exécute le travail manuel de production et l’entrepreneur dont le rôle consiste à transformer les connaissances savantes en une exploitation utile (Jacoud et Tournier, 1998 : 85).

Qualifié de monarchique, le mercantilisme français perd à la Révolution Française toute légitimité quand République et Liberté s’imposent comme fondations d’une société encore à construire. La transition d’une société traditionnelle à une société à économie de marché, est la transformation artificielle de biens naturels en marchandises, ce que Polanyi nomme les « marchandises fictives » : la terre, la monnaie et le travail (Polanyi, 1944 : 118). Ainsi, s’ébauchent un marché boursier, un marché foncier et un marché du travail, lieu fictif ou réel où se rencontrent des acheteurs et vendeurs de (force) de travail. Le décret d’Allarde de mars 1791 affirme par son article 7 qu’il « sera libre à toute personne de faire telle négoce ou d’exercer telle profession, art ou métier qu’elle trouvera bon ; mais [qu’]elle sera tenue de se pourvoir auparavant d’une patente, d’en acquitter le prix, et de se conformer aux règlements de police qui sont ou pourront être faits » ; autrement dit la liberté de commerce et d’industrie, mais aussi celle du travail (Lyon-Caen, 19990 : 1).

Une liberté de travail à toutefois nuancer puisque perdure le livret d’ouvrier. Faisant son apparition en 1781 (avec des traces dès les années 1740) sous la pression des corporations et de la police des métiers, il est ensuite généralisé par Napoléon en 1803 puis abandonné en 1890. En 1804, le Code Civil est érigé, selon une volonté kantienne, en considérant les individus libres et égaux (Salais et al., 1999 : 72). Son article 1710, toujours en vigueur, instaure le contrat de louage d’ouvrage, c’est-à-dire « un contrat par lequel l’une des parties s’engage à faire quelque chose pour l’autre, moyennant un prix convenu entre elles ». C’est ici que se fixe juridiquement l’idée d’un entrepreneur employeur de main d’œuvre. La plupart des ouvriers travaillent à domicile où l’employeur passe apporter les moyens de production contre les ouvrages achevés et prêts à la vente.

Références : 10, 11, 16, 19.

Révolution Industrielle et Capitalisme moderne : l’entrepreneur industriel et le salarié

La Révolution, cette fois industrielle, s’engage en Grande-Bretagne (1770) et arrive en France bien plus tard (début du XIXème siècle), notamment du fait des crises politiques et sociales qui se perpétuent. Expression employée en 1837 par l’économiste Blanqui puis par Engels dans les années 1840, la Révolution industrielle se définit comme le passage d’une société agraire à une société commerciale et industrielle. Karl Marx y voit ici l’essor de la classe ouvrière et celui du capitalisme dont son existence dépend (Marx, 1970, 1891 : 34). Ainsi les manufactures et les usines se déploient dans les villes qui s’étendent et se paupérisent. Dès la fin des années 1830, des pétitions émanant des chefs d’entreprises, maires ou société religieuses demandent aux pouvoirs publics de mieux réglementer le travail (Bezbakh, 2005 : 47). Malgré une série de loi adoptée en ce sens, il apparait que le contrat de louage de service n’est pas adéquat pour gérer les rapports de travail (Salais et al., 1999 : 71). Naquit alors en décembre 1910 le Code du travail et avec lui, la légitimation d’une relation de subordination entre deux humains.

Contemporain de Marx et père fondateur de la Sociologie allemande, Max Weber définissait l’entrepreneur capitaliste moderne comme étant celui dotée d’un rapport légitime de domination envers ses salariés. Admirant le groupe des entrepreneurs, Weber leur donnait un rôle politique prépondérant dans l’Allemagne des années 1910. Il y voyait l’essor d’un capitalisme moderne, se définissant comme « une économie monétaire visant le profit de manière pacifique, par la lutte sur le marché » (Chauvin et al., 169). C’est ainsi que dans l’Éthique Protestante et Esprit du Capitalisme (1904-1905) que Weber analyse de quelles manières les prérogatives de la religion protestante (ascèse, épargne, investissement, dur-labeur) tenaient en elle les éléments précurseurs de la mutation d’un entrepreneur traditionnel (marchand-entrepreneurs) vers un entrepreneur capitaliste, doté d’un système juridique adéquat telle que la séparation du capital et de la propriété de l’entreprise qui permet de concilier l’intérêt du possesseur – patrimoine – avec celui du dirigeant – rentabilité et position de force sur le marché – (Chauvin et al., 169).

C’est aussi au cours du XIXème siècle que se développe le paternalisme, à la fois comme figure d’un entrepreneur humaniste, mais aussi comme forme de management du travail et du hors-travail. L’exode rural entraîné par le développement des usines amènent à se reconfigurer les espaces urbains et la conciliation vie privée/vie professionnelle. Il se développent des villes-usines en Angleterre (Manchester) et en France telle que l’usine Schneider au Creusot, celle de Michelin à Clermont-Ferrand. On y trouvait des écoles pour les enfants d’ouvriers, des systèmes de mutuelles de santé professionnelles (prémisses des régimes de sécurité sociale), une amélioration des conditions de vie par une hausse des salaires et la dotation de logements salubres. Ces configurations socio-spatiale amènent aussi à un plus grand contrôle sociale du patron sur ses employés. Denis Poulot, patron paternaliste écrivait en 1870 un recueil sur le sublimisme,  » l’ouvrier sale, dégoutant, brutal, grossier, ignorant, instinctif et bestial » opposé à  » l’ouvrier vrai », l’ouvrier exemplaire (Poulot, 1980, 1879 :  125). En d’autres cas, le terme « paternaliste » est aussi employé pour désigner un patron conservateur ou autoritaire.

Références : 3, 7, 12, 17, 19, 23.

Le XXème siècle : L’internationalisation des relations humaines et des marchés économiques

Le XXème siècle se scinde en deux grandes périodes : d’abord les Grandes Guerres mondiales qui peuvent se définir comme une mondialisation des rapports de haines humaines ; ensuite les Trente Glorieuses et ses revers : la Guerre Froide (1947-1991) et la décolonisation (France : 1945-1962). Mais l’une et l’autre se caractérisent par un retour en force de l’entreprise de guerre et de la (re)conquête par le développement d’un économie industrielle de guerre. Alors que l’Allemagne entend récupérer ses terres perdues en 1917 ; les peuples colonisés, déclarent prendre leur indépendance ; et enfin, parce qu’en fait de Guerre Froide, les peuples soviétiques et nord-américains entendaient idéologiquement conquérir les sociétés avec lesquelles ils avaient signés des pactes d’aides à la reconstruction (Plan Marshall versus Kominform).
L’on comprend alors qu’il vaut mieux se faire la guerre sur des marchés économiques que sur des terres frontalières. Une multitude d’instances internationales sont ainsi créées, d’abord dans l’entre-deux-guerres, puis à la Libération. Naissent ainsi l’Organisation Internationale du Travail (1919) et La Société des Nations (1920) d’une part ; l’Organisation des Nations Unies (1945), le Fonds Monétaire International (1945), l’Organisation de Coopération et de Développement Économique (1948) la Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier (1951) d’autre part.

Il se fonde en France à la Libération et sur la base d’une société salariale forte, la Sécurité Sociale et ses 200 régimes spéciaux. L’État Social Français (Robert Castel, 1995) se traduit par une généralisation du salariat et l’avènement de la classe ouvrière en classe héroïque, glorifiée par le Réalisme socialiste (art soviétique) et les partis communistes qui en fait leur vivier électoral. La baisse continue de la part des travailleurs non-salariés au sein de la population active s’explique davantage par un recul fort du secteur agricole, dont les besoins en main d’œuvre décroissent quand s’accroissent les recours à des machines de plus en plus sophistiquées. De plus, de nouveaux statuts juridiques permettent aux entrepreneurs dirigeants de créer une entreprise sous statut de salarié (SA, SAS…), rendant floues les statistiques produites sur la question.

L’innovation est, pour Schumpeter (1911) au cœur de la théorie de la croissance économique puisque c’est elle qui la rend dynamique ; et l’entrepreneur, un acteur central du changement économique puisqu’il a pour fonction d’organiser l’activité d’une entreprise en vue d’un profit. L’innovation est alors un « processus de destruction créatrice » (Jacoud et Tournier, 1998 : 233) en détruisant les désuètes et en créant de nouvelles qui créeront de l’emploi.  Les écrits de l’économiste Keynes (1930s) deviennent le fil conducteur des politiques publiques de soutien à la croissance économique par un encouragement de la demande qui courent le long des Trente Glorieuses.

Références : 5, 10.

De 1976 à nos jours : Crises économiques et renouvellement des formes d’entrepreneuriat

Quand en 1975, l’Europe s’enlise dans une crise économique profonde, l’entrepreneuriat est sollicité pour vaincre le chômage et les théories keynésiennes sont abandonnées au profit des théories d’Hayek. La Sécurité Sociale, devient l’objet de rapports de forces entre acteurs publics et privés (partis politiques, organisations professionnelles, instances internationales). Des directives européennes d’activation de la protection sociale (Barbier, 2006) naissent des politiques publiques nationales d’incitation au retour à l’emploi ou d’auto-emploi via la création d’entreprise individuelle. Le dispositif ACCRE, mise en place en 1976 à l’intention des cadres chômeurs à créer ou reprendre une entreprise, est rendu éligible en 1985 à toutes les catégories de demandeurs d’emploi. En 2000, l’OCDE perçoit les signes d’une renaissance du travail indépendant (2000 : 165). Cet engouement encourage davantage les États européens à promouvoir l’entrepreneuriat, soit à travers des aides financières, soit à travers la formation (scolaire ou continue). En 2008, suite à l’écriture d’un rapport de François Hurel sur l’importance d’encourager l’initiative individuelle à la création d’entreprise, est fondé le régime fiscal et social d’auto-entrepreneur (micro-entrepreneur depuis 2016), applicable au dirigeant d’entreprise individuelle (EI et EURL).

L’entrepreneuriat est devenu un concept majeur en de nombreuses disciplines des sciences sociales (en sociologie, en sciences économiques, juridiques, de gestion ou politiques). De fait, ce terme se subdivise en une multitude de nouveaux termes, plus spécifiques les uns que les autres, appelant alternativement à différents figures de l’entrepreneuriat que nous avons précité : l’entrepreneur créateur d’une société, l’entrepreneur de projet social ou politique, l’entrepreneur en tant que manager/gestionnaire, l’entrepreneur actionnaire dans des sociétés à actions, l’entrepreneur individuel, autrement dit le travail indépendant individuel Ce dernier est la forme la plus énigmatique. Elle serait la raison principale de l’inversement de la courbe du travail non-salarié. Le recours à la création d’une activité individuelle s’explique par le croisement de plusieurs facteurs avec, entre autres, les difficultés à trouver un emploi (discrimination ou déséquilibre de l’offre et de la demande d’emploi dans un certain domaine professionnel), la diffusion de nouvelles normes et valeurs professionnelles qui ne trouvent pas leurs places dans l’emploi salarié ; la flexibilisation du marché du travail et de nouvelles formes de marché (les plateformes numériques).

Références : 2, 14.

 En conclusion, l’entrepreneur est un concept français, né dans au Moyen-Âge et qui, malgré les siècles, gardent une forte cohérence dans les normes et les valeurs qu’il portent. L’entrepreneur désigne un acteur intrépide et courageux. S’il ne prend plus les armes aux combats, ils partent aujourd’hui à la conquête des marchés nationaux et internationaux. La prise de risque est une valeur centrale de l’entrepreneuriat : d’abord prise de manière irréfléchie, jusqu’à être désignée comme compromission politique, elle est, avec l’industrialisation, rationalisée et limitée à travers la constitution de statuts juridiques de sociétés.

norma