Finaliser la suppression, de la taxe d’habitation pour tous, sans condition de revenus.

ISF / ISG / CSG :

Le Président et le gouvernement ont fait une faute politique majeure en supprimant l’ISF (transformée en IFI pour certains contribuables) et, en même temps, en augmentant la CSG.

Cela a finalement abouti à réduire l’imposition des plus riches et à augmenter la taxation des retraités, y compris avec des revenus modestes.

Ceci étant fait, lors de la phase d’évaluation, il serait utile de prévoir une clause transformant l’ISF en investissement dans les entreprises, avec blocage du capital après quelques années (comme pour les PEA).

Compenser l’augmentation de la CSG en indexant les retraites sur l’inflation au lieu de les limiter comme cela est prévu (0.3 %).

Taxes sur les successions :

Augmenter la limite de l’exonération fiscale pour les successions (transmission du patrimoine acquis grâce au travail) de 100 000 € à 200 000 €.

Compenser cette charge par une augmentation des taxes sur la transmission des très gros patrimoines (effet de rente).

Taxer les rentes d’opportunité (exemple : plus-values immobilières > 1.5 * inflation comme cela est le cas à Paris ou dans des zones qui bénéficient d’investissement de type TGV).

Réduction du nombre d’élus : sénateurs, députés, conseillers départementaux, régionaux, ….

Taxer les GAFA

Travail social en contrepartie d’aides sociales.  La fraternité ne doit pas être à sens unique.

Ceux qui se lèvent tôt et travaillent n’acceptent pas que de trop nombreux bénéficiaires d’aides sociales ne fassent pas d’effort pour la collectivité. Il doit bien sûr y avoir des exceptions contrôlées pour des personnes en situation très difficile, mais il y a de nombreuses opportunités d’être utile : sécurité pour protéger les enfants qui traversent les rues lors de l’entrée – sortie des scolaires (cela est le cas dans de nombreux pays), nettoyage des plages et des chemins de randonnée, soutien aux personnes âgées, ….

Réduction des privilèges des anciens Présidents, Premiers Ministres et Ministres de L’Intérieur.

Il n’est pas acceptable que ces personnages bénéficient de véhicules, chauffeurs, personnel, bureaux et/ou appartements.

Malgré tout le respect que nous devons à ces grands serviteurs de l’Etat, il ne doit plus y avoir de privilèges.

En effet, les petits entrepreneurs qui investissent leurs propres deniers dans le développement d’entreprises, qui développent l’économie et créent des emplois, n’ont aucun privilège quand ils cessent leur activité. Pire, ils sont sans aucune ressource ni soutien si leur entreprise dépose le bilan.

Revoir les taux de TVA :

•             1 % pour les produits de première nécessité :  alimentation de base, à définir.

•             Réduite, pour les loyers et les besoins minimum en énergie (électricité, gaz, fuel) jusqu’à une limite de facturation annuelle à définir.

Revoir le taux normal (de 20 à 21 % ?) pour compenser ce qui précède.

Réduire le taux pour les travaux d’entretiens non dé-localisables pour limiter le travail non déclaré.

Règles sociales

La République a mis le mot « EGALITE » sur les frontons des édifices publics.  

Mêmes règles de droit du travail public / privé.

Plus d’emploi à vie pour les fonctionnaires.                

Mettre en place un système unique / universel de retraite.

Plus de régimes spéciaux mais mêmes règles et mêmes droits pour tous.    

Prévoir la prise en charge de la dépendance des personnes âgées dans le financement des retraites.

Proposé par M. dans le 50, le 15 mars 2019 à 15h38 min

agipi_admin