C’est ce qui semble ressortir d’une étude menée par Gustavo Manso à l’Université de Californie à Berkley.
En étudiant les revenus des salariés et des travailleurs indépendants américains sur une longue période (1979-2012), Gustavo Manso a montré que dans des conditions similaires, les travailleurs indépendants exerçant leur activité depuis plus de deux ans, gagnaient 10% de plus que les salariés.

Alors que plus de la moitié des projets entrepreneuriaux durent deux ans et demi ou moins, l’étude a montré que beaucoup d’entrepreneurs qui ont essuyé un échec retournent à un emploi traditionnel salarié.

Gustavo Manso a également démontré que dans des conditions similaires (telles l’éducation), les personnes ayant entrepris un projet de création d’entreprise gagnent plus que les personnes n’ayant jamais testé l’entrepreneuriat.

La conduite d’un projet entrepreneurial, défaillant ou fructueux, semble donc développer des compétences propres valorisées par les recruteurs.
Et si le risque entrepreneurial n’en était pas un ?

Source : https://bit.ly/2zQ2J7U

 

thibaultc